Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE)

Pour un meilleur affichage, veuillez choisir la résolution suivante pour votre écran (1024 par 768 pixels)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
spartacus



Nombre de messages : 207
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé   Ven 5 Oct 2007 - 9:21

ORDRE du jour chargé pour le dernier conseil d’administration de l’Office national de l’électricité (ONE) présidé par le Premier ministre Driss Jettou. Comme nous l’indiquions dans notre précédente édition, le Conseil s’est tenu mercredi à Rabat.
Urgence dans la cadence d’exécution des grands projets, retard dans les investissements et fragilité financière: le tableau ne s’est pas réellement éclairci.
Pourtant à fin juillet, l’Office a amélioré son chiffre d’affaires (+13% à 9,1 milliards de DH), son excédent brut d’exploitation (+84% à 2 milliards) et son résultat net (excédent de 134 millions de DH contre un déficit de 937). Seulement, «les performances opérationnelles sont absorbées par les charges financières encore lourdes qui pèsent sur l’Office». Il ne faut pas oublier non plus la vocation de l’Office. «Un programme comme celui du PERG relève plus de la solidarité nationale que de la pertinence économique», admet Younes Maâmar, directeur général. Le «plus grand donneur d’ordres du pays après l’Etat», comme se plaît à l’appeler son DG, devra donc mettre les bouchées doubles, encore une fois.
Younes Maâmar a ainsi obtenu le feu vert pour finaliser les négociations relatives à la restructuration financière de l’Office: externalisation de sa caisse de retraite et transformation en Société Anonyme. Sur ce dernier point, Maâmar est clair: il ne faut en aucun cas y voir un premier pas vers la privatisation. «L’ONE a besoin de 10 à 15 milliards de DH en investissement chaque année. Notre conversion a pour objectif l’optimisation du cadre de gouvernance. En aucun cas une prise de participation du privé dans l’ONE n’est envisagée», tranche-t-il. Bien évidemment, les partenariats publics-privés, eux, seront toujours les bienvenus. «Nous devons trouver une solution pérenne pour notre caisse de retraite», admet Maâmar. Le trou est de 14 milliards de DH. Mais aucune vague de départs volontaires n’est à craindre, au contraire. Le DG confie que son effectif se fait quelque peu «vieillissant», et qu’il a «besoin de renouvellement». Justement, le CA vient d’entériner l’embauche de 350 techniciens et d’une centaine d’ingénieurs. Question équipement, l’ONE continue sur sa lancée de grands projets. Un total de 900 MW supplémentaires devraient être mis en service d’ici 2009. L’objectif à l’horizon 2010 est d’atteindre 4.500 MW, soit le double de la production nationale actuelle. L’ONE a beau être à la recherche du KW/H le moins cher, les temps sont durs et personne ne peut le cacher. «Le Maroc a besoin de 500 MW par année, soit. Mais l’an dernier, la Chine a augmenté sa capacité de 1.000 MW par semaine!», s’exclame Maâmar, en rappelant la répercussion de cette course vers l’énergie sur le prix des équipements et matériaux. «Les prix flambent et les délais de mise en service augmentent, parce que les stocks d’équipements s’épuisent», déplore le DG. Or, l’ONE refuse «qu’il y ait 10 ans entre l’appel d’offres et la mise en service, comme ce fut le cas pour Jorf Lasfar».
Enfin, l’organigramme de l’Office a été revu. Parmi les nouveautés: un comité éthique et un second pour la conduite du changement. Le premier débouchera éventuellement sur l’adoption d’un code de déontologie, tandis que l’autre servira à conforter la position de leader régional du Maroc en matière d’énergies renouvelables.




GMT+1: L’ONE n’en démord pas

L’ONE revient à la charge pour le GMT+1. Il souhaite que des mesures institutionnelles viennent appuyer ses efforts en matière de gestion de la demande. «L’adoption du GMT+1 nous permettrait d’économiser entre 90 et 120 MW par année», soutient le DG Younes Maâmar. «Il y a un chevauchement entre l’utilisation professionnelle et résidentielle, que l’horaire d’été nous permettrait d’éviter». Selon Abdelrhani Baakil, directeur général adjoint, l’économie générée par le GMT+1 correspondrait à deux fois la consommation électrique d’une ville comme Oujda.

C f l'économiste du 05/10/07

Aussi, dans la rubrique De bonnes sources de ce m^me numéro, on lit que "ONE: La centrale de Tarfaya sera de droit privé". En fait, Les 16 préqualifiés pour la réalisation du parc éolien de Tarfaya devront attendre encore 2 ou 3 mois avant que l’appel d’offres ne soit lancé. L’ONE a décidé de faire basculer le projet de 300 MW vers le droit privé. «Le CA qui s’est tenu mercredi dernier a validé la décision», déclare-t-on à L’Économiste (voir page 6). Celui qui remportera l’appel d’offres sera donc entièrement propriétaire du parc. «Il ne sera lié à nous que par des obligations de résultat». L’Office, qui demeurera l’unique acheteur, tentera tout de même d’intégrer un plafonnement des prix dans le cahier des charges. L’ONE affirme que cette décision a été prise, car «c’est ce qu’exigent tous les investisseurs».
Revenir en haut Aller en bas
 
L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé
» procédure de réevaluation de salaire pour contractuel de droit privé Poste
» barre de séparation
» Lettre ouverte à M. Haddaoui et à qui de droit
» Droit de l'homme et démocratie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE) :: Les Manageurs & Nous.. :: L'ONEE dans la presse-
Sauter vers: