Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE)

Pour un meilleur affichage, veuillez choisir la résolution suivante pour votre écran (1024 par 768 pixels)
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du monopole d’état en monopole privé

Aller en bas 
AuteurMessage
mahmoum02



Nombre de messages : 472
Age : 58
Date d'inscription : 15/04/2011

Du monopole d’état en monopole privé Empty
MessageSujet: Du monopole d’état en monopole privé   Du monopole d’état en monopole privé EmptyMar 6 Déc 2011 - 9:04

L’ouverture des marchés et la mondialisation sont les marottes de la nouvelle économie. Instaurées depuis quelques années pour justement stimuler l’économie, les déréglementations (télécommunications, transport et électricité) et la mondialisation des marchés suscitent aujourd’hui une controverse internationale à cause de leurs impacts. Si les objectifs financiers visés par les ouvertures des marchés semblent réalisables, il en va tout autrement des promesses de baisse des coûts et l’amélioration des services. En fait, le public et les travailleurs sont les victimes de cette nouvelle économie. C’est afin de mieux se protéger que des groupes sociaux se sont formés et que des syndicats se sont regroupés.
Après l’Europe, la déréglementation de l’électricité frappe de plein fouet l’Amérique. Déjà les effets se font sentir en Amérique du sud et en Amérique Centrale. Les syndicats, au niveau international, qui représentent les travailleurs de l’industrie électrique ont décidé aussi de se c«Comment s’organiser syndicalement dans le cadre d’une industrie électrique déréglementée?»
Le premier sujet a été la prise de conscience des impacts de la mondialisation et de la privatisation des services électriques auprès des travailleurs. Des effets immédiats sur les conventions collectives ainsi que des coupures de postes massives qui s’ensuivent. Et, dans bien des cas, la disparition pure et simple des syndicats en place.
Comme deuxième sujet, chacun a fait un résumé de la situation qui prévaut dans son pays. En Amérique du Sud et en Amérique Centrale, l’état s’est départi de son service public d’électricité, conduisant à d’importantes coupures de postes, sans pour autant diminuer les tarifs d’électricité, tel que promis par les politiciens.
Effets de la déréglementation sur la population et sur nos membres
SUR LA POPULATION (LES GOUVERNEMENTS)
À court et moyen termes, nos gouvernements y voient une façon de réduire leur déficit ainsi que leur dette, en augmentant leurs revenus à l’aide de privatisations partielles oui totales de nos sociétés d’état, en séparant ces entreprises pour qu’elles se concurrencent entre elles ou encore qu’elles augmentent leurs revenus sur le marché extérieur. Nos gouvernements sont appuyés dans cette réflexion par les institutions financières ainsi que par les grandes entreprises qui y voient un marché très lucratif, soit en s’appropriant les entreprises ainsi créées ou encore en faisant pression sur le marché grâce au volume de leurs achats.
Sur la population (le peuple)
Pour la population qui représente une clientèle captive qui n’a pas le choix, souvent, du mode d’alimentation ou du fournisseur, le problème reste entier : soit supporter notre gouvernement dans la lutte au déficit et par la suite nourrir l’espoir qu’il augmente nos revenus (et diminue nos taxes) pour le plus grand bien de la collectivité (du moins c’est ce que l’on tente de nous faire croire) ou encore aller à contre-courant, conserver nos services publics au service de la population. Ce débat est le même pour tous nos services publics : l’eau, l’éducation, les soins de santé, les ordures ménagères, le transport, etc., mais ce qu’on oublie souvent de mentionner à la population, c’est qu’à moyen et long termes, la pression exercée sur les tarifs résidentiels sera insupportable. Nos gouvernements nous diront encore : nous ne pouvons plus vous fournir l’énergie pour vous chauffer, pour vous nourrir, à ce tarif, nous perdons des revenus et pire encore, si nous ne diminuons pas encore et toujours les tarifs de nos grandes entreprises, elles iront s’alimenter ailleurs car elles ont la possibilité de le faire dans un marché déréglementé. Une liberté que le petit consommateur n’a pas. Ce qui est encore plus malhonnête, c’est de nous dire que les moyennes et grandes entreprises financent la fourniture d’énergie du secteur résidentiel. Mais à moins que je ne me trompe, c’est le secteur résidentiel qui a payé en grande partie le financement de son autonomie énergétique, du moins dans notre pays, et dans bien d’autres.
D’ailleurs les exemples ne manquent pas. Regardons ce qu’il est advenu du transport aérien chez nous : les endroits éloignés ne sont desservis qu’à grands frais, quand ils sont encore desservis… La téléphonie où la tarification de base augmente d’année en année de façon vertigineuse, pendant que les appels interurbains qui profitent aux entreprises ne cessent de diminuer. La privatisation de l’eau potable à certains endroits qui a littéralement fait mourir des populations en les privant de cet élément essentiel à la vie. La privatisation de l’énergie dans certains pays a modifié des monopoles d’état en monopoles privés, où les tarifs ont bondi de façon catastrophique pour la population et les emplois ont disparu par milliers. Ce ne sont là que quelques exemples qui nous sautent de plus en plus aux yeux.
Sur les travailleuses et les travailleurs
Les effets sont les mêmes que sur la population mais les effets sur le plan personnel diffèrent. Certains y voient de nouvelles et belles opportunités de nouveaux défis. Perte du sentiment d’appartenance aujourd’hui dans cette entreprise, demain dans celle-ci ou celle-là, j’irai au plus offrant finalement. On dit même que dans un avenir tout près on changera de carrière jusqu’à sept fois dans sa vie de travailleur. Pour d’autres, c’est la catastrophe et le phénomène est de plus en plus préoccupant : désabusement, épuisement professionnel, perte de confiance en soi, désengagement à divers niveaux, structure syndicale qui ne sait plus où donner de la tête, coupures d’emplois massives, réorganisations du travail, déracinement des familles là où les deux conjoints sont sur le marché du travail, et ce ne sont là que quelques symptômes. À moyen et long termes, les effets sur la santé des travailleuses et travailleurs seront catastrophiques, comme sur la population en général, nous lisons de plus en plus d’études sur le sujet.
Dire que nous allons aider certain pays à entrer dans l’économie de marché, dire que nous allons aider certain pays en voie de développement à s’industrialiser… Si au moins nos gouvernements avaient le courage politique d’inclure dans leurs négociations des formules de libre échange certaines clauses obligeant les entreprises à respecter certaines normes minimales du travail, de l’environnement. Je crois qu’en tant que pays industrialisés, nous avons un devoir : faire en sorte que nos confrères et consoeurs du monde entier bénéficient de nos expériences, pour éviter de commettre les mêmes erreurs et ce, pour le plus grand bien des peuples. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
 
Du monopole d’état en monopole privé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE) :: Les Manageurs & Nous.. :: L'ONEE dans la presse-
Sauter vers: