Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE)

Pour un meilleur affichage, veuillez choisir la résolution suivante pour votre écran (1024 par 768 pixels)
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE

Aller en bas 
AuteurMessage
admine04



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 18/05/2005

Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE Empty
MessageSujet: Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE   Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE EmptyJeu 14 Mai 2009 - 17:20

Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE Photo_une_10281

Electricité: Une bouffée de 700 MW à Jorf Lasfar

· Deux unités pour une capacité additionnelle de 2.060 MW

· Elles viennent en extension de la centrale de Jorf Lasfar de 1.360 MW

· Conception, financement, construction et mise en service confiés à Jlec

Le défi de rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité durant la période 2008-2012 sera-t-il relevé? «C’est encore jouable», confie-t-on auprès de la Fédération de l’énergie, qui s’exprime suite à la signature, le 12 mai à Fès, de l’accord pour la réalisation de deux nouvelles centrales à Jorf Lasfar.
Ces unités de 350 mégawatts chacune, qui viennent en extension de la centrale de Jorf Lasfar (4 unités d’une puissance installée de 1.360 MW), porteront la capacité du hub à 2.060 MW. Son coût global s’élève à 10 milliards de DH. A noter que cette centrale contribue actuellement à hauteur de 40% dans la satisfaction de la demande. Les deux unités porteront cette contribution à 44%.
A coup sûr, ce projet constituera une véritable bouffée d’oxygène pour la tension sur l’offre électrique dont le déficit de production est estimé à 900 MW. Tension entretenue par la forte consommation de l’énergie primaire, dopée par la demande en électricité dont le rythme tourne autour de 8% par an depuis 2003. Faute d’investissements dans l’outil de production et en raison de la quasi-généralisation de l’accès des populations à l’électricité. A cela s’ajoute le développement économique amorcé ces dernières années.
D’ailleurs, au chapitre Grands projets de l’ONE, il est clairement indiqué que ce contexte de croissance forte de la demande exige en permanence la mise en service de nouveaux moyens de production, soit 500 à 600 MW par an pendant dix ans et 10 milliards de dirhams d’investissements chaque année, de 2008 à 2018. En ce sens, l’accord signé entre Ali Fassi Fihiri, directeur général de l’ONE, et Mohamed Ahmed Bouardi, secrétaire général du Conseil exécutif de l’émirat d’Abou Dhabi, est pertinent. «Il s’inscrit dans la stratégie de la mise en œuvre du plan d’équipement en moyens de production et de sécurisation de l’approvisionnement du Royaume en électricité à moyen terme», explique Fassi Fihri. Pour lui, «le recours au développement de ces unités constitue la solution appropriée tant en termes de coût du kilowattheure que de délai de réalisation».
Ainsi dans le cadre de la politique public-privé initiée par l’Etat dans plusieurs secteurs d’activité, l’ONE a engagé les négociations pour un protocole d’accord avec la société Jorf Lasfar Energy Company (Jlec) du groupe émirati Taqa, qui exploite actuellement les 4 centrales électriques du hub. Ce protocole vise à fixer les principes directeurs et les modalités du développement des nouvelles centrales, qui seront gérées par Jlec. De même, l’extension du quai charbonnier existant, l’exploitation et la maintenance de l’ensemble du projet sont confiées à cette filiale 100% de l’émirati Taqa, qui entrera en service en 2013. Mais le choix du constructeur des deux nouvelles unités se fera par voie d’un appel d’offres international dans les prochains jours.
A noter qu’un contrat engageant l’ONE, sur une durée de 30 ans, à acheter l’électricité qui sera produite par le projet, sera conclu entre les deux parties.
Pour rappel, suite à la mise en place en 1994 du nouveau cadre institutionnel et réglementaire, permettant à l’ONE de passer des contrats avec des personnes morales de droit privé pour la production d’électricité, le groupe ABB/CMS a été sélectionné, en 1997, suite à un appel d’offres international pour l’exploitation des unités 1 et 2, réalisées par l’Office. Le même groupe réalisera par la suite les unités 3 et 4, mises en service en 2001. Le coût de développement de ces 4 unités s’est élevé à 1,6 milliard de dollars, soit près de 18 milliards de DH. Et pour les besoins de développement du projet et de son exploitation pour une période de 30 ans, Jlec, société de droit marocain, a été créée.

--------------------------------------------------------------------------------


Jlec dans le giron de l’émirati Taqa



En 2007, Jorf Lasfar Energy Company (Jlec) est acquise par le groupe Taqa de l’émirat d’Abu Dhabi, opérateur de référence mondiale dans le secteur de l’énergie et groupe financier de renommée. Ce rachat est venu renforcer les capacités de Jlec tant du point de vue industriel que de son assise financière. Le protocole d’accord signé entre l’ONE et Jlec/Taqa ouvre aussi de nouvelles perspectives de développement du partenariat liant les parties. «L’importance de l’investissement confirme, également, la confiance des investisseurs internationaux dans l’environnement des affaires au Maroc, d’autant plus qu’il intervient en une période caractérisée par la crise internationale et la frilosité des investisseurs», relève Fassi Fihri.

Bachir THIAM

leconomiste 14/05/2009
Revenir en haut Aller en bas
 
Les enjeux du contrat Jlec/Taqa-ONE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE) :: Les Manageurs & Nous.. :: L'ONEE dans la presse-
Sauter vers: