Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE)

Pour un meilleur affichage, veuillez choisir la résolution suivante pour votre écran (1024 par 768 pixels)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A la mémoire d'un philantrope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mahmoum02



Nombre de messages : 472
Age : 56
Date d'inscription : 15/04/2011

MessageSujet: A la mémoire d'un philantrope   Mer 17 Oct 2012 - 9:39

Mohamed Abderrazak est né à Settat. Assez jeune, il intégra la Régie de distribution d'eau et d'électricité de la capitale de la Chaouia. Avec feu Mohamed Laâlej, l'ancien gouverneur de Tanger, Mohamed Abderrazak a fondé Annahda Statita, l'équipe de football de la ville.
Le destin des deux hommes se croisera, encore une fois, à la CNSS, puisque qu'en 1992, à sa nomination au poste de DG de la CNSS, Mohamed Laâlej rencontrera son ami d'enfance Mohamed Abderrazak qui occupait depuis la création de la Caisse, le poste de vice-président du Conseil d'administration. La collaboration entre les deux hommes a été exemplaire.
Son amour pour le sport, et le football plus exactement, ne l'ont jamais quitté. "Abderrazak a toujours aidé financièrement les équipes du Raja, du Wydad et Annahda Statia", dira un de ses amis.
Très jeune, Abderrazak a commencé à s'intéresser à la politique de manière générale et au Mouvement de libération nationale plus particulièrement.
La petite ville de Settat ne lui suffisait pas. Il lui fallait une métropole à la hauteur de ses ambitions. C'est ainsi qu'il se dirigea à Casablanca. Tout cela, bien avant l'Indépendance.
Abderrazak se trouvait sur tous les fronts.
Son dynamisme et son charisme aidant, il s'imposa rapidement auprès de la classe ouvrière, jusqu'à devenir, avec Mahjoub Benseddik, patron de l'UMT, l'interlocuteur premier en matière syndicale. C'est ainsi que au début des années 50, Abderrazak occupait déjà la scène ouvrière. Et sans surprise, lors du premier congrès de l'UMT, il a été élu secrétaire général adjoint de la première centrale syndicale du Maroc. Depuis cette date et jusqu'en mars 2004, les deux hommes sont restés inséparables. Le duo de choc fonctionnait à merveille ou presque. Tous ceux qui ont côtoyé Abderrazak et qui connaissent la réalité de l'UMT affirment que le numéro 2 de la centrale jouait tantôt le rôle de catalyseur à la lenteur et l'hésitation de l'action de l'UMT et tantôt celui de stabilisateur de l'empressement de Benseddik. Les deux hommes étaient complémentaires. Leur action commune pendant un demi-siècle a donné naissance à la plus importante centrale du pays.
"Souvent, les forces de gauches, l'USFP pour ne pas la citer, a tenté de phagocyter l'UMT pour utiliser sa force ouvrière dans sa lutte politique, mais Abderrazak a toujours fait pression pour que l'indépendance de la centrale soit intacte".
La politique? Abderrazak y a baigné dès le début de l'Indépendance. Il a participé aux premières élections communales organisées au Maroc, en 1963. En tant que vice-président du Conseil communal de Casablanca (présidé à l'époque par feu Maâti Bouabid), Abderrazak a laissé d'énormes traces dans sa ville d'adoption. Ses priorités étaient toujours d'ordre social. Il a participé à l'implantation de Centres de Formations, d'unités de soins et de logements sociaux. Il a même réfléchi à un projet de métro pour la métropole. "Ce projet est excellent car il aurait permis à Casablanca d'avoir un métro au moindre coût", aimait-il répéter.
Au COS-ONE, Abderrazak a régné en maître absolu pendant la création du Comité. Et c'est justement là où il tirait toute sa puissance. Chaque année, l'Office versait entre 0,5 et 1% de son chiffre d'affaires au COS. Une somme colossale qui a permis au président Abderrazak de s'imposer auprès de tous: gouvernement, partis politiques, secteur privé.
Abderrazak était capable avec un simple coup de filet de paralyser un secteur entier ou de mettre fin à une émeute ouvrière de grande envergure. Tout le monde le craignait, peut-être beaucoup plus que Mahjoub Benseddik. Les Régies d'eau et électricité ainsi que les gestionnaires délégués comme Lydec et Redal accordaient à Abderrazak une place de choix dans leurs priorités protocolaires.
A la CNSS, l'idée des polycliniques, c'est Abderrazak qui en est derrière. Treize polycliniques que la Commission d'enquête de la Chambre des conseillers a considérées comme illégales.
Que Dieu préserve son âme.
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Mer 17 Oct 2012 - 11:02

العمال الذين يطالبون التغيير و هم في السرير لن يغييروا إلا حفاضاتهم
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Dim 21 Oct 2012 - 16:55

ما يؤلم الإنسان هو أن يموت علي يد من يقاتل من أجلهم
شيغيفار
ا
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Jeu 27 Déc 2012 - 11:31

"Le miracle n'est pas de marcher sur l'eau ni de voler dans les airs, le véritable miracle est de marcher correctement sur la Terre."
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Dim 6 Jan 2013 - 4:07

تُصْبِـــح الأقْــوَال رَمَـــاداً حِيــــنَ ، لَا يَكُون للأفْعَـــال أثْـــراً
نعيب زماننا والعيب فينا .... وما لزماننا عيب سوانا


Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Ven 11 Jan 2013 - 10:37

mahmoum02 a écrit:
Mohamed Abderrazak est né à Settat. Assez jeune, il intégra la Régie de distribution d'eau et d'électricité de la capitale de la Chaouia. Avec feu Mohamed Laâlej, l'ancien gouverneur de Tanger, Mohamed Abderrazak a fondé Annahda Statita, l'équipe de football de la ville.
Le destin des deux hommes se croisera, encore une fois, à la CNSS, puisque qu'en 1992, à sa nomination au poste de DG de la CNSS, Mohamed Laâlej rencontrera son ami d'enfance Mohamed Abderrazak qui occupait depuis la création de la Caisse, le poste de vice-président du Conseil d'administration. La collaboration entre les deux hommes a été exemplaire.
Son amour pour le sport, et le football plus exactement, ne l'ont jamais quitté. "Abderrazak a toujours aidé financièrement les équipes du Raja, du Wydad et Annahda Statia", dira un de ses amis.
Très jeune, Abderrazak a commencé à s'intéresser à la politique de manière générale et au Mouvement de libération nationale plus particulièrement.
La petite ville de Settat ne lui suffisait pas. Il lui fallait une métropole à la hauteur de ses ambitions. C'est ainsi qu'il se dirigea à Casablanca. Tout cela, bien avant l'Indépendance.
Abderrazak se trouvait sur tous les fronts.
Son dynamisme et son charisme aidant, il s'imposa rapidement auprès de la classe ouvrière, jusqu'à devenir, avec Mahjoub Benseddik, patron de l'UMT, l'interlocuteur premier en matière syndicale. C'est ainsi que au début des années 50, Abderrazak occupait déjà la scène ouvrière. Et sans surprise, lors du premier congrès de l'UMT, il a été élu secrétaire général adjoint de la première centrale syndicale du Maroc. Depuis cette date et jusqu'en mars 2004, les deux hommes sont restés inséparables. Le duo de choc fonctionnait à merveille ou presque. Tous ceux qui ont côtoyé Abderrazak et qui connaissent la réalité de l'UMT affirment que le numéro 2 de la centrale jouait tantôt le rôle de catalyseur à la lenteur et l'hésitation de l'action de l'UMT et tantôt celui de stabilisateur de l'empressement de Benseddik. Les deux hommes étaient complémentaires. Leur action commune pendant un demi-siècle a donné naissance à la plus importante centrale du pays.
"Souvent, les forces de gauches, l'USFP pour ne pas la citer, a tenté de phagocyter l'UMT pour utiliser sa force ouvrière dans sa lutte politique, mais Abderrazak a toujours fait pression pour que l'indépendance de la centrale soit intacte".
La politique? Abderrazak y a baigné dès le début de l'Indépendance. Il a participé aux premières élections communales organisées au Maroc, en 1963. En tant que vice-président du Conseil communal de Casablanca (présidé à l'époque par feu Maâti Bouabid), Abderrazak a laissé d'énormes traces dans sa ville d'adoption. Ses priorités étaient toujours d'ordre social. Il a participé à l'implantation de Centres de Formations, d'unités de soins et de logements sociaux. Il a même réfléchi à un projet de métro pour la métropole. "Ce projet est excellent car il aurait permis à Casablanca d'avoir un métro au moindre coût", aimait-il répéter.
Au COS-ONE, Abderrazak a régné en maître absolu pendant la création du Comité. Et c'est justement là où il tirait toute sa puissance. Chaque année, l'Office versait entre 0,5 et 1% de son chiffre d'affaires au COS. Une somme colossale qui a permis au président Abderrazak de s'imposer auprès de tous: gouvernement, partis politiques, secteur privé.
Abderrazak était capable avec un simple coup de filet de paralyser un secteur entier ou de mettre fin à une émeute ouvrière de grande envergure. Tout le monde le craignait, peut-être beaucoup plus que Mahjoub Benseddik. Les Régies d'eau et électricité ainsi que les gestionnaires délégués comme Lydec et Redal accordaient à Abderrazak une place de choix dans leurs priorités protocolaires.
A la CNSS, l'idée des polycliniques, c'est Abderrazak qui en est derrière. Treize polycliniques que la Commission d'enquête de la Chambre des conseillers a considérées comme illégales.
Que Dieu préserve son âme.
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Ven 11 Jan 2013 - 10:37

عندما يلبس الظلم رداء التقوي تولد أكبر فاجعة
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Mer 16 Jan 2013 - 5:00

كاين فترسيانات لي باغي يخدم وكاين لي باغي يتبرا ...
كاين لي مكلخ وكاين لي موهوب بالفطرة ...
كاين راجل مزيان وكاين لي عاطيها للجرائم والشفرة ...
كاين لي تابع طريق الله وكاين لي مبلي بالحشيش والغبرة ...
كاين لي كايلقا راحتو فالبيران والزهو والنشاط والسكرة ...
وكاين لي كايرتاح من يمشي يحج ولا يدير العُمرة ...
كاين لي ساكن ف ڤيلا وكاين لي كايبات برَّا ...
كاين لي ينعس على الحرير وكاين لي فراشو التراب وغطاه السماء والقمرة ...
كاين لي عايش فالعز وكاين لي عايش فالحگرة ...
كاين لي فرحان وكاين لي كواتو القهرة ...
كاين لي ديرو على الجرح يبرا ...
وكاين لي تبغي ضربو للراس بحجرة ...
نتمنى من الناس ياخدو من كلامي عِبرة ...
حيت ماشي كلشي باغي ليك الخير وهادي هي الحقيقة المرَّة !!
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Ven 18 Jan 2013 - 10:42


قد قيل سابقا وما زال القول صحيحا: "لا تستوحش طريق الحق لقلة سالكيه". هذا الامتحان الأول والمصيري الذي يجب أن تجتازه.
وأضيف إلى ذلك: لا تقع فريسة الوهم إذا كثر العابرون فيه، فهم مجرد عابرو سبيل.
وافرح، ولا تصابن بالغرور إذا ازداد سالكو الطريق الحق عددا، فكونك كنت قبلهم لا يجعلهم بالضرورة أتباعا لك .
Revenir en haut Aller en bas
hajmi

avatar

Nombre de messages : 1729
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   Dim 20 Jan 2013 - 14:46

"Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."
Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la mémoire d'un philantrope   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la mémoire d'un philantrope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la mémoire d'un philantrope
» Trou de mémoire !
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» Mémoire des enfants de la SHOAH
» Le dépistage de maladies génétiques rares : sujet de mémoire orthophonique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les salariés de l'Eau et de l'Electricité au Maroc (ONEE) :: Les Manageurs & Nous.. :: Ils ont dit-
Sauter vers: